Les Rencontres de la Photographie : Arles 2021

Sans titre, série Désidération, 2000-2021© SMITH. Avec l’aimable autorisation de la galerie Les Filles du Calvaire.
Sans titre, série Désidération, 2000-2021© SMITH. Avec l’aimable autorisation de la galerie Les Filles du Calvaire.
Une forme d’irréalité flotte dans l’air de cette petite ville camarguaise durant la semaine d’ouverture des Rencontres mais le grand remue-méninge est à l’œuvre.

Première partie : le festival officiel

Après des mois de confinement, cette édition 2021 des Rencontres s’éveille en douceur sous l’égide de Christoph Wiesner, ex directeur artistique de Paris Photo et Aurélie de Lanlay son adjointe :

Aurélie de Lanlay, directrice adjointe & Christoph Wiesner, directeur des Rencontres d’Arles©rencontres-arles
Aurélie de Lanlay, directrice adjointe & Christoph Wiesner, directeur des Rencontres d’Arles©rencontres-arles

« Cette semaine de festival telle ‘’une renaissance’’ a permis de renouer avec l’ADN des Rencontres, où se tissent tant de liens à travers les 35 expositions, les multiples débats animés, rencontres et nuits photographiques. Le plaisir de se retrouver est perceptible dans les rues d’Arles et nous nous en réjouissons en vous souhaitant de belles rencontres jusqu’au 26 septembre. »

Avec une grande sobriété scénographique, les expositions officielles décortiquent les grandes questions qui agitent notre société et embrassent tous les genres photographiques des plus réalistes aux plus oniriques. Voyages temporels et stylistiques alliant la beauté classique et un art résolument contemporain, où art conceptuel, études scientifiques et réalité augmentée ont la part belle. 

Deux particularités à cette édition, les photographes femmes sont plus présentes, primées et reconnues etnous sommes enfin invités à regarder et comprendre le monde d’un point de vue africain.

Pour en savoir plus : 
– Le site des Rencontres

Instant de jeunesse, Lagos, Nigeria.©Daniel-Obasitif
Instant de jeunesse, Lagos, Nigeria.©Daniel-Obasitif
New Black Vanguard ©Bernard Rossi
New Black Vanguard ©Bernard Rossi
New Black Vanguard 2 ©Bernard Rossi
New Black Vanguard 2 ©Bernard Rossi

J’ai été…

Très émue par « Sabine Weiss, une vie de photographe » Une rétrospective un peu tardive à la Chapelle du Museon Arlaten.

Pour en savoir plus : 

Sabine Weiss  » Un siècle de nos vies » sur LCI

INA : Des difficultés d’être une photographe femme en 1965

©Sabine Weiss, New York, 1955
©Sabine Weiss, New York, 1955
Sabine Weiss-
Sabine Weiss-"Un métier d'artisan" ©Bernard Rossi
SabineWeiss1©Bernard Rossi
SabineWeiss1©Bernard Rossi
exposition Sabine Weiss 1@HHubert
exposition Sabine Weiss 1@HHubert
Exposition Sabine Weiss 2@HHubert
Exposition Sabine Weiss 2@HHubert
Exposition Sabine Weiss 3@HHubert
Exposition Sabine Weiss 3@HHubert

Très admirative du courage de Clarisse Hahn qui s’immerge dans le quartier Barbès à Paris pour réaliser ses photographies des corps et des regards des hommes au cœur de leurs communautés et de leurs rituels. « Princes de la rue » en ouverture de « Masculinités » sur le site Mécanique Générale.

Pour en savoir plus : 
Son site
-Ecouter une expérience sonore proposée par les –Rencontres d’Arles et Création Collective.

Iftar-II-(Rupture-du-jeûne),2021©Clarisse-Hahn
Iftar-II-(Rupture-du-jeûne),2021©Clarisse-Hahn
Outrage,2021©Clarisse Hahn
Outrage,2021©Clarisse Hahn
CRACK!,2021.©Clarisse Hahn
CRACK!,2021.©Clarisse Hahn

Captive de l’exposition « Thawra ! Revolution ! Soudan histoire d’un soulèvement » qui présente le fruit d’un partage de visions de 8 photographes soudanais sur la révolution qui a traversé leur pays, des premières manifestations en décembre 2018 au sit-in en avril-juin 2019.

©Ahmed Ano. Des civils escaladent d’énormes panneaux publicitaires pour crier « Liberté, paix et justice ». Sit-in, quartier général militaire, Khartoum, 19 avril 2019.
©Ahmed Ano. Des civils escaladent d’énormes panneaux publicitaires pour crier « Liberté, paix et justice ». Sit-in, quartier général militaire, Khartoum, 19 avril 2019.
©Muhammad Salah. Un manifestant dont l'inscription au dos de sa chemise signifie « Un révolutionnaire de Kalakla, que la dictature tombe ! » ; il se tient sur la ligne ferroviaire centrale de Khartoum qui faisait partie de la zone de sit-in du QG de l'armée. Khartoum, Soudan, 13 avril 2019.
©Muhammad Salah. Un manifestant dont l’inscription au dos de sa chemise signifie « Un révolutionnaire de Kalakla, que la dictature tombe ! » ; il se tient sur la ligne ferroviaire centrale de Khartoum qui faisait partie de la zone de sit-in du QG de l’armée. Khartoum, Soudan, 13 avril 2019.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A voir à l’Eglise des Trinitaires

Eglise des Trinitaires ©Bernard Rossi
Eglise des Trinitaires ©Bernard Rossi

Parmi ces photographes Eythar Gubara montrent des femmes libres, indépendantes, debout, malgré leurs chaînes. Elle reçoit le Prix de la Photo Madame Figaro Arles 2021 pour sa série « Kandaka can’t be stopped »

Pour en savoir plus : 
Sa page Facebook

Standing Like a Ghost Watching My Dreams Going Away.©Eythar Gubara
Standing Like a Ghost Watching My Dreams Going Away.©Eythar Gubara
Eythar Gubara©rencontres-arles.com Prix de la Photo Madame Figaro 2021
Eythar Gubara©rencontres-arles.com Prix de la Photo Madame Figaro 2021
kandaka can't be stopped ©Ethar Gubara
kandaka can't be stopped ©Ethar Gubara

Bernard a particulièrement aimé NEUF DE A À Z  Delpire avant Delpire :

« Cette exposition est essentielle pour comprendre  les fondements de l’édition photographique. On y découvre comment Robert Delpire étudiant en médecine, agé de 24 ans, crée la revue NEUF en 1950. Texte et images, il s’entoure des meilleurs. En moins de deux ans et neuf numéros, cette revue illustrée donnera naissance aux Editions Delpire.»

Couverture Revue NEUF n°5, consacrée à Brassaï, décembre 1951. Photographie de Brassaï. Avec l’aimable autorisation de delpire &co.
Couverture Revue NEUF n°5, consacrée à Brassaï, décembre 1951. Photographie de Brassaï. Avec l’aimable autorisation de delpire &co.
Couverture Revue NEUF n°8, consacrée à Robert Frank, décembre 1952. Photographie de Robert Frank. Avec l’aimable autorisation de delpire &co.
Couverture Revue NEUF n°8, consacrée à Robert Frank, décembre 1952. Photographie de Robert Frank. Avec l’aimable autorisation de delpire &co.
Delpire-Espace Van Gogh©Bernard Rossi
Delpire-Espace Van Gogh©Bernard Rossi

Ce ne sont là que quelques pistes que les Rencontres d’Arles offrent tout cet été, jusqu’au 26 septembre, dans ses lieux historiques et patrimoniaux, ses jardins, son Monoprix…

Pour terminer quelques chiffres de la semaine d’ouverture :14 000 visiteurs 35 expositions au programme officiel auxquelles s’ajoutent les 10 expositions du Grand Arles Express. 61 commissaires 200 artistes 55 événements publics : tables rondes, rencontres, visites publiques en présence des artistes et des commissaires, signatures de livres…

Sans parler du foisonnement généré par le festival Off, Arles Exposition, aux côtés des Rencontres qui fera l’objet d’un prochain article.

Présence aussi  de nos partenaires l’UPP et la SAIF.

Pour en savoir plus : 
Le site des Rencontres
– à consulter sans modération Arles Exposition
– à lire article de l’UPP

Charlotte Perriand, Fernand Léger, Photomontage
Charlotte Perriand, Fernand Léger, Photomontage pour le pavillon du ministère de l'Agriculture, Exposition internationale des arts et techniques de la vie moderne, Paris, 1937. Panneau de droite de l'entrée, La France industrielle. Restitution contemporaine des couleurs de l'époque. Archives Charlotte Perriand.
©Thomas Dworzak- Portrait de Talibans. Kandahar, Afghanistan. 2002/ Magnum Photos
©Thomas Dworzak- Portrait de Talibans. Kandahar, Afghanistan. 2002/ Magnum Photos Exposition MASCULINITÉS-LA LIBÉRATION PAR LA PHOTOGRAPHIE
Nyadhour, Elevated, Vallée de la Mort, Californie©Dana-Scruggs
Nyadhour, Elevated, Vallée de la Mort, Californie©Dana-Scruggs Exposition : The New Black Vanguard

Laisser un commentaire